INFOS A L'UNITE PASTORALE

 logo-1.gif  

 

 

1 - LA UNE DE LA FEUILLE HEBDOChristroi2

  

cliquez >>>> Dimanche 19 novembre recto

 

 

 

 

 

TOUT A JÉSUS PAR MARIE
Lettre pastorale

 


 
Chers diocésains, frères et sœurs, chers amis, 
 
Le 8 décembre 2016, je vous ai invités à vivre une année de prière mariale pour déposer notre Église diocésaine dans le cœur de Marie. Je vous remercie pour cet élan qui porte devant Dieu notre engagement à devenir disciples-missionnaires, témoins auprès de tous de la rencontre du Christ ressuscité. Par cette nouvelle lettre, je vous invite à vous préparer à la consécration de notre diocèse au Cœur Immaculé de Marie qui sera célébrée le vendredi 8 décembre 2017 en la fête de l’Immaculée Conception, fête patronale de notre Église d’Aix et Arles.
 
Quelle est la signification d’une consécration ?
Dans la foi chrétienne, toute consécration s’unit à la consécration que le Christ a faite de lui-même, en s’offrant totalement à son Père par amour. « Pour eux, dit-il, je me consacre moi-même, afin qu’ils soient eux aussi consacrés en vérité » (Jn 17, 19). L’eucharistie est le mémorial de cette consécration du Fils de Dieu, l’hostie consacrée en est le sacrement. La consécration du pain et du vin rend présent le don que le Christ fait de sa vie pour nous. Ainsi, être consacré à Dieu, c’est être donné à lui.
Par le baptême, nous avons été nous-mêmes consacrés au Seigneur. Le geste de l’onction marque cette consécration du baptisé. Dans le sacrement, l’onction donne à voir le mystère invisible du don de l’Esprit de Dieu. Le baptisé confirmé est marqué, choisi, mis à part, sanctifié par l’Esprit, pour être tout entier au Seigneur, pour sa vie entière. Il vivra désormais pour Dieu, tout entier donné à lui, dans le Christ avec lequel il fait corps par la grâce de l’Esprit-Saint. Au milieu de nous, par l’engagement total de leur vie, les personnes consacrées témoignent  de cette vocation à vivre pour Dieu.
Consacrer notre diocèse au Cœur Immaculé de Marie, c’est l’offrir à Marie pour qu’elle le porte au Christ dans sa prière. Le cœur de Marie est si uni au cœur du Christ qu’il ne fait qu’un avec lui. Ainsi, être consacré au cœur de Marie, c’est être consacré au cœur du Christ. Etre consacré au cœur de Marie, c’est être uni à elle, offert à sa prière. Etre consacré au cœur de Marie, c’est être blotti en son cœur de Mère, débordant de tendresse, source de consolation. O Marie, prends-nous en ton cœur immaculé, embrasse-nous et prie pour nous, pour que nous soyons de fidèles compagnons de Jésus, disciples-missionnaires et témoins joyeux de sa Résurrection, au sein de communautés aimantes et fraternelles. 

Pourquoi consacrer le diocèse à Marie ?
Si j’ai souhaité que notre diocèse soit consacré à Marie, c’est parce le Christ nous a donné sa mère. Parce que Marie est mère de l’Église, elle est mère de notre famille diocésaine et veille sur sa croissance ; elle enfante en nous le Christ et nous conduit dans l’Esprit-Saint pour que nous devenions disciples-missionnaires. 
Dans ma lettre pastorale du 8 décembre 2016, j’ai écrit ce qui brûle mon cœur d’évêque et le tourne vers Marie pour lui demander de prendre notre Église diocésaine dans sa prière maternelle. Ce qui brûle mon cœur, c’est le désir que le nom de Jésus soit connu et aimé. J’ai entendu le pape François nous appeler à une conversion pastorale et missionnaire, pour que nous soyons remplis d’une audace plus grande pour annoncer le nom de Jésus à ceux qui ne le connaissent pas. Je l’ai entendu nous appeler à une transformation missionnaire de nos Églises diocésaines, de nos paroisses, de nos communautés. Résonne alors avec une vigueur nouvelle le mandat missionnaire du Christ : « Allez, de toutes les nations, faites des disciples ». 
Le pape François appelle tous les baptisés à devenir des disciples-missionnaires. C’est le moment, dit-il. C’est le moment parce que le nihilisme du vingtième siècle a créé un vide spirituel dans les âmes et que le matérialisme ne peut les combler. Notre Église catholique en France est appelée à s’engager résolument dans le témoignage et la proposition de la foi en Jésus-Christ. Elle a envoyé des missionnaires dans le monde entier, et de nombreux peuples sont devenus chrétiens. Je me rappelle le témoignage de Mgr Philippe Ouedraogo, aujourd’hui cardinal archevêque de Ouagadougou, lorsqu’il me conduisit dans son village ; il me raconta comment, enfant, il était devenu chrétien : en écoutant les pères blancs parler de Jésus sur le marché. Aujourd’hui, la France est devenue une terre de première évangélisation : 9 enfants sur 10 n’ont jamais entendu parler du Christ. Tu nous appelles à être tes messagers, Seigneur, comment cela va-t-il se faire ? 
Deux paroles de l’Ecriture fondent mon acte de foi en la promesse de Dieu qui édifie l’Église. La première est celle du récit du OUI de Marie à la promesse de l’ange : « L’Esprit Saint viendra sur toi », dit l’ange. Et il ajoute : « Rien n’est impossible à Dieu ». La seconde est celle de la prière apostolique avant la Pentecôte. Les apôtres sont rassemblés dans la chambre haute à Jérusalem. Ils se souviennent de la promesse du Christ ressuscité : « Vous recevrez une force, l’Esprit-Saint viendra sur vous…, et vous serez mes témoins jusqu’aux extrémités de la terre ». Le mandat missionnaire du Christ est accompagné de la promesse du don de l’Esprit-Saint. Et Marie était avec eux, dit le récit, et elle priait (Actes 1, 14).
De la naissance du Verbe fait chair à la naissance de l’Église, Marie met toute sa foi en la promesse du don de l’Esprit. C’est dans ce même acte de foi que nous entrons lorsque nous demandons à la Vierge Marie, mère de la foi, de nous porter dans sa prière. La consécration de notre Église diocésaine au Cœur Immaculé de Marie est un acte de foi. L’Église est toujours en train de naître.
 
Tout à Jésus par Marie
« Tout dans la vie de Marie nous conduit vers Jésus-Christ. Marie, une humble servante, n’a jamais eu d’autre désir que de glorifier son Fils » écrit  le pasteur Eric Célérier. 
« Tout à Jésus par Marie ». Les jeunes du pèlerinage VTT scandent chaque jour ces mots de saint Louis-Marie Grignon de Montfort qui voit dans ce chemin avec Marie le moyen efficace pour renouveler les promesses de notre baptême. « La vraie dévotion à Marie, écrit-il, consiste à se consacrer entièrement à la Mère de Notre Seigneur pour être en elle, avec elle et par elle parfaitement consacré à Jésus-Christ ».
Nous avons Marie, Mère de l’Église, Mère de la foi. Quel trésor ! Mettons-nous à son école. Son Cœur Immaculé est le symbole de la plénitude de la grâce, du OUI de l’homme à Dieu, de l’offrande de soi et de la sainteté de l’Église. 
 
Comment vivre la consécration ?
Célébration de la consécration
Le vendredi 8 décembre prochain, en la fête de l’Immaculée Conception, fête patronale de notre diocèse, je célébrerai solennellement la consécration de notre Église diocésaine d’Aix et Arles au Cœur Immaculé de Marie. Le rendez-vous est fixé à 18h30 à la chapelle Notre-Dame de la Seds, pour une procession aux flambeaux qui nous mènera vers 19 heures à la cathédrale Saint-Sauveur. Le même jour, si possible à la même heure, chaque curé célébrera la consécration du diocèse dans sa paroisse – ou l’une des paroisses de son unité pastorale. Des délégations des doyennés viendront à la cathédrale déposer les intentions des prières qui seront confiées à la prière de Marie, Notre-Dame de la Seds, aux soins de la communauté des sœurs de la Sainte-Croix de Jérusalem. Pour la procession, les délégations apporteront les bannières mariales de leurs paroisses.
 
Neuvaine de préparation à la consécration
La consécration du diocèse sera précédée d’une neuvaine de prière, du jeudi 30 novembre au vendredi 8 décembre. 
- Les fidèles sont appelés à prier avec ferveur chaque jour, personnellement, en famille, ou en groupe, notamment en priant la prière de l’Angélus et le chapelet. Les prêtres et les communautés religieuses du diocèse soutiendront cette prière des fidèles par leur prière et par des initiatives appropriées.
- Jour et nuit, une prière d’adoration continue durant les 9 jours : chacun des 9 doyens est responsable de l’organisation de la prière continue des 24 heures de l’une des journées.
- Les fidèles sont invités à rédiger leurs prières qui seront apportées le 8 décembre à Aix et confiées à la prière de Notre-Dame de la Seds.
- Les fidèles ne manqueront pas de vivre plus intensément la charité fraternelle qui est le but ultime de toute vie chrétienne : offrir chaque jour un pardon, une réconciliation, une visite, un service, une bonne action…
 
Poursuivre la démarche en 2018
Voici quelques propositions pour prolonger et approfondir la démarche de consécration :  Nous proposons que chaque doyenné vienne en pèlerinage à Notre-Dame de la Seds au cours de l’année 2018. Un déroulement sera préparé par l’équipe de la cathédrale.  Nous proposons qu’au cours de l’année chaque paroisse soit consacrée au Cœur Immaculé de Marie. A l’occasion d’une fête ou d’un temps fort, au mois de mai, à la fête du cœur immaculé de Marie…  Nous proposons que chaque famille se consacre au Cœur Immaculé, à l’occasion d’une fête familiale, ou mariale...
De nombreux lieux de pèlerinage sont dédiés à Marie dans notre diocèse. Nous aurons soin de les faire revivre et de les faire connaître à l’ensemble de notre famille diocésaine. 
 

Vierge Marie, Mère de l’Église,
Nous confions à ton Cœur Immaculé
Notre famille diocésaine d’Aix et Arles.
Mère de Miséricorde,
Donne-nous d’unir nos cœurs à celui de Jésus
Et remplis-les de compassion pour ceux qui souffrent.
Mère de la foi,
Fortifie en nous la confiance,
Dissipe nos peurs et guéris nos angoisses,
Comble-nous de la paix que donne la foi en Jésus Sauveur.
Mère des apôtres,
Prie l’Esprit-Saint de nous donner l’audace missionnaire
Et la force d’être auprès de tous
Les témoins joyeux de la rencontre du Christ ressuscité.
AMEN.
 
 
 
+ Christophe DUFOUR
Archevêque d’Aix-en-Provence et Arles
En la fête de Notre Dame du Rosaire
Le samedi 7 octobre 2017

 

 -o-o-o- 

  2 - LECTIO DIVINA 

 (lecture de la parole de Dieu pour chaque jour de la semaine) cliquez ci dessous 

EN SAVOIR PLUS  >>>    http://lectiodivina.catholique.fr/

 

-o-o-o- 

 

3 - L'EVANGILE AU QUOTIDIEN jesus-saves.jpg

l'Evangile du jour cliquez >>>    http://levangileauquotidien.org/main.php?language=FR

-o-o-o-  

       écoutez et venez prier avec nous !     

 

Kt2016 a6 1

Kt2016 a6 2

 

Kt2016 a6 3

 

-o-o-o-

 

NOUVEAU A CHATEAURENARD !

                              

      La Prière des MèresImg 4

 

   

    Que toutes les mères

    qui désirent prier ensemble

    pour leurs enfants,

    leurs petits-enfants​

    et tous les enfants du monde,

    viennent nous rejoindre.

 

   Renseignements au :

    09 81 41 64 89

 

 

-o-o-o-

 

 

  


 

Mon frère, ma soeur, tu as toujours ton téléphone portable sur toi, et ta Bible ?

Pourquoi cette question ? Regarde le petit montage ci-dessous et tu comprendras ... 

Pour voir clique ci dessous et ensuite clique diaporama et depuis le début

 

 la-bible.pps la-bible.pps 

 


 

UN  TEMOIGNAGE RENVERSANT (video de La Bonne Nouvelle)  cliquez >>>http://www.biblica.tv/said-oujibou-de-mahomet-jesus

                                                                                                             


 

 REPAS PARTAGE MENSUEL 

Tous les paroissiens de l'unité pastorale sont invités au repas partage mensuel. Il est organisé chaque premier dimanche du mois au foyer de Châteaurenard. Chacun apporte un ou plusieurs plats selon ses disponibilités et nous partageons tous en commun et dans la bonne humeur notre repas.

 C'est l'occasion de pouvoir échanger et créer des liens entre nous, mais aussi de mettre en commun des idées et des moyens pour faire avancer et croître notre unité pastorale.

   


 

 LES VEILLEURS : 

1 - A VOUS LES VEILLEURS EVEILLANT L'EMERVEILLEMENT !

Par le Père Daniel-Ange

Cliquez >>>  veilleurs-0001.jpg veilleurs-0001.jpg   veilleurs-0002.jpg veilleurs-0002.jpg  veilleurs-0003.jpg veilleurs-0003.jpg  veilleurs-0004.jpg veilleurs-0004.jpg

 

2 - LE PAPE AUX JEUNES...

Cliquez >>> veilleurs-0005.jpg veilleurs-0005.jpg  veilleurs-0006.jpg veilleurs-0006.jpg

 

extraits de la revue La Bonne Nouvelle n°83 novembre 2013

 


 

Les neuf priorités du pape François pour l'Église selon l'hebdomaire La Vie

Depuis sept mois, le pape n’a cessé de dessiner les contours d’une révolution dans la façon d’exercer le pouvoir, qui touche en particulier les prêtres et les évêques. Mais la réforme en vue ne vise pas que la curie. Elle va se déployer tous azimuts, de la base au sommet.

1. En finir avec le cléricalisme

Cardinal-archevêque de Buenos Aires, Jorge Mario Bergoglio ne cachait déjà pas sa détestation du cléricalisme, fustigeant les abus de pouvoir des prêtres, soit par ingérence dans la liberté des personnes, soit par excès d’autoritarisme. Depuis sept mois, à plusieurs reprises, le pape a vitupéré les prêtres et leur tendance à gérer l’accès aux sacrements avec une « mentalité de douaniers » et les appelle à « prendre l’odeur de leurs brebis ». Dans son interview-fleuve aux revues culturelles jésuites et rendue publique le 19 septembre dernier, le pape est clair : « Les réformes structurelles ou organisationnelles sont secondaires. La première réforme doit être celle de la manière d’être. Les ministres de l’Évangile doivent être des personnes capables de réchauffer le coeur des personnes, de dialoguer et cheminer avec elles, de descendre dans leur nuit, dans leur obscurité, sans se perdre. »

2. Sortir sur la frontière

La sacristie, c’est fini. Le pape veut une révolution culturelle qui touche tout le monde, celle d’une Église missionnaire, tournée vers les périphéries existentielles, et non plus « autoréférentielle ». La priorité est donc le « dialogue avec la frontière ». Le pape fustige la complaisance des curés à brosser la brebis toute propre au lieu d’aller chercher la brebis galeuse… Pour François, l’urgence est « d’être une Église qui trouve de nouvelles routes,qui est capable de sortir d’elle-même et d’aller vers celui qui ne la fréquente pas, qui s’en est allé ou qui est indifférent. Cette Église est la maison de tous, pas une petite chapelle qui peut contenir seulement un petit groupe de personnes choisies ». L’anticléricalisme du pape n’est donc pas la négation du sacerdoce ministériel, mais sa conversion : « La chose dont a le plus besoin l’Église aujourd’hui c’est la capacité de soigner les blessures et de réchauffer le coeur des fidèles, la proximité, la convivialité. Je vois l’Église comme un hôpital de campagne après une bataille. » François appelle à aller vers ceux qui se sentent rejetés et refuse la focalisation sur les questions liées aux moeurs ou à la sexualité.

3. Renoncer à la rigidité passéiste

« Celui qui aujourd’hui ne cherche que des solutions disciplinaires, qui tend de manière exagérée à la “sûreté” doctrinale, qui cherche obstinément à récupérer le passé perdu, celui-là a une vision statique et non évolutive. » Le pape ajoute : « Il y a des normes et des préceptes secondaires de l’Église qui ont été efficaces en leur temps, mais qui aujourd’hui ont perdu leur valeur ou leur signification. Il est erroné de voir la doctrine de l’Église comme un monolithe qu’il faudrait défendre sans nuance. » Dans sa lettre à Eugenio Scalfari, le pape a aussi défendu l’idée que chacun avait sa propre conception de la vérité et qu’il devait suivre sa conscience. En plus de cette posture qui peut passer pour relativiste, François semble aller dans le sens inverse de Benoît XVI : il qualifie la messe ancienne de « vieux rite » (et non plus de forme extraordinaire), réhabilite la théologie de la libération,choisit ses collaborateurs dans l’aile progressiste ou sociale et n’hésite pas à écarter ceux qui sont plus «conservateurs ». Du coup, aux yeux de certains catholiques, le pape cliverait ses troupes. « Du point de vue français, on pourrait le voir comme cela. La problématique hexagonale – des jeunes prêtres et laïcs plustraditionnels que leurs aînés – lui échappe, comme à tous les Sud-Américains que je connais… » explique un prélat français au Vatican. Mais en même temps, François a plusieurs fois appelé les catholiques à vivre à contrecourant et a fustigé « l’esprit du monde ». Ce qui devrait rassurer ceux qui craignent un ralliement du pape au relativisme ambiant.

4. Révolutionner la gouvernance

Lors du conclave, la réforme de la curie romaine est apparue comme la priorité des priorités, et les cardinaux ont élu Bergoglio sur sa capacité à faire le boulot. Très vite après son élection, François a constitué un groupe de travail de huit cardinaux venus du monde entier – dont un seul Italien – pour revoir la constitution Pastor bonus, qui régit la curie. Mais à la veille de leur première réunion, du 1er au 3 octobre, le pape a décidé d’étendre les compétences de ce G8 et d’en faire son conseil de cardinaux, de façon pérenne. Ces conseillers seront compétents au-delà des questions de réforme de la curie, mais ne décideront pas eux-mêmes, le pape restant seul décisionnaire. En fait, Pastor bonus ne devrait pas être toilettée, mais bien totalement refondue, selon le porteparole du Vatican, le père Lombardi. À Rome, l’heure est aux rumeurs, dans l’attente de décisions concrètes. La secrétairerie d’État, qui avait tout verrouillé sous Benoît XVI, se verrait recentrée sur sa mission diplomatique. On parle aussi de la création d’un modérateur de la curie, dont le rôle serait d’assumer une coordination générale. « L’important est moins de refondre la structure que de se débarrasser de certains incompétents », explique tranquillement un proche du pape. François a commencé à couper des têtes, comme celle du patron de la Congrégation pour le clergé, le très conservateur cardinal Piacenza, très officiellement placardisé. La réforme de la curie n’est pas que structurelle, car le pape veut véritablement insuffler un nouvel esprit, comme en témoigne ce passage remarqué de son interview aux revues jésuites : « C’est impressionnant de voir les dénonciations pour manque d’orthodoxie qui arrivent à Rome ! Je crois que ces cas doivent être étudiés par lesconférences épiscopales locales, auxquelles Rome peut fournir une aide pertinente. De fait, ces cas se traitent mieux sur place. Les dicastères romains sont des médiateurs et non des intermédiaires ou des gestionnaires. »

5. Réinstaurer la collégialité

Le partage du pouvoir est l’autre grande attente de la base. « Je crois que la consultation est essentielle. Les consistoires, les synodes sont, par exemple, des lieux importants pour rendre vraie et active cette consultation. Il est cependant nécessaire de les rendre moins rigides dans la forme. Je veux des consultations réelles, pas formelles. » La priorité du pape est de revitaliser le synode des évêques, une structure qui fonctionnait jusque-là de manière intermittente et de façon un brin soviétique, pour lui donner un leadership nouveau. Pour autant, le pape est connu pour sa façon autoritaire de gouverner.« En bon jésuite, il consulte beaucoup, mais décide seul. Il peut être très dur. C’est ce qu’il faut pour réformer la curie », explique un observateur. 

 6. Reconnaître les laïcs

La dynamique actuelle devrait impliquer davantage les non-clercs. En juillet, le pape a créé une commission chargée d’un audit administratif et financier, composée majoritairement de laïcs. Le G8 des cardinaux planche sur la question d’une meilleure reconnaissance des laïcs. Le conseil pontifical pour les laïcs serait promu en « congrégation » romaine, comme il y en a pour les prêtres et les évêques. 

 7. Parler en direct au peuple

« La prophétie fait du bruit, on pourrait dire qu’elle sème la pagaille. » Cet aveu du pape permet d’éclairer son art contre-clérical de court-circuiter les médiations ecclésiales. Coups de fil aux hommes qui font l’opinion ou aux gens de peu qui lui ont écrit pour dire leur misère, interviews chocs, petites phrases qui fuitent… Le pape a gagné ainsi une extraordinaire popularité dans les médias profanes pour sa liberté de ton. Des observateurs expliquent que François veut s’assurer une bienveillance maximale auprès du peuple italien et des médias laïcards avant de pouvoir passer à une nouvelle phase du pontificat : la neutralisation des mafias internes au Vatican qui sont prêtesà faire sauter le système par la révélation de scandales jusqu’ici bridés par le chantage. La ferveur populaire envers le pape serait donc garante d’une vraie réforme, car les médias raffoleraient d’un scénario où François serait menacé par la pègre en soutane.

8. Repenser la fonction pontificale

C’est la pointe de l’anticléricalisme papal : depuis le soir même de son élection, François insiste sur sa qualité d’évêque de Rome. Il a réduit au minimum ses atours pontificaux : chaussures noires, valise de curé, croix pectorale, voiture banalisée. Ses gestes crédibilisent son discours sur la pauvreté de l’Église et tendent à réformer l’ensemble du système « prêtre-évêque-pape » vers le dépouillement. Sa volonté de réformer le synode romain « pourra aussi avoir une valeur oecuménique ».

9. Dénouer les noeuds

Dans le droit fil de son ambition d’une Église miséricordieuse, la pastorale des gens « hors des clous » est primordiale, comme celle des homosexuels ou des couples non mariés et des divorcés remariés. Ce dernier dossier,que le pape veut traiter dans le cadre du chantier plus vaste de la pastorale familiale, a été mis au menu du G8 des cardinaux. 

 10. (proposition ajoutée)

« Il est nécessaire d’agrandir les espaces pour une présence féminine plus incisive dans l’Eglise. Je crains la solution du « machisme en jupe » car la femme a une structure différente de l’homme (…) il faut travailler davantage pour élaborer une théologie approfondie du féminin. C’est seulement lorsqu‘on aura accompli ce passage qu’il sera possible de mieux réfléchir sur le fonctionnement interne de l’Eglise. Le génie féminin est nécessaire là où se prennent les décisions importantes. Aujourd’hui le défi est celui-ci : réfléchir sur la place précise des femmes, aussi là où s’exerce l’autorité dans les différents domaines de l’Eglise ». Signe de l’urgence, le pape convoque un synode extraordinaire des évêques à Rome, du 5 au 19 octobre 2014, axé sur la question de la famille, afin de dénouer les situations bloquées.

Jean Mercier pour LaVie.fr sous le titre "Les neuf priorités du pape François pour la réforme de l'Église"

  

 


 

Des articles en relation avec la fête des Défunts ...

 

Comment les cimetières s'adaptent à la laïcisation de la mort (La Croix 29 10 2013)

comment-les-cimetieres-s-adaptent-a-la-laicisation-de-la-mort.pdf comment-les-cimetieres-s-adaptent-a-la-laicisation-de-la-mort.pdf

cimetieres-suite.pdf cimetieres-suite.pdf

--------

Des livres d'histoire des communes  (La Croix du 29 10 2013)

des-livres-d-histoire-des-communes.pdf des-livres-d-histoire-des-communes.pdf

-------- 

Quels lieux, quels rites pour les funérailles de demain? (La Croix du 29 10 2013)

quels-lieux-quels-rites-pour-les-funerailles-de-demain.pdf quels-lieux-quels-rites-pour-les-funerailles-de-demain.pdf

 --------

Nous ne sommes pas là pour détourner les gens de l'Eglise (La Croix du 29 10 2013)

Jean RUELLAN Directeur marketing et communication des Pompes Funèbres générales

nous-ne-sommes-pas-la-pour-detourner-les-gens-de-l-eglise.pdf nous-ne-sommes-pas-la-pour-detourner-les-gens-de-l-eglise.pdf

--------

Solidaires en fin de vie (La Croix du 30 10 2013)

solidaires-en-fin-de-vie.pdf solidaires-en-fin-de-vie.pdf

  

 


  

Alors que des catéchistes du monde entier, dont un millier de Français, sont réunis jusqu’à dimanche à Rome, « La Croix » dresse le panorama des mille et une façons de faire grandir la foi, de l’enfance à l’âge adulte ...

 (La Croix du 28 09 2013)

Cliquez pour voir la page 1 >>>  initiation-spirituelle-1.pdf initiation-spirituelle-1.pdf

suite page 2>>>    initiation-spirituelle-2.pdf initiation-spirituelle-2.pdf

 

Points de repère : un guide pour les catéchistes (La Croix 28 09 2013)

Coédité par le Service national de la catéchèse et du catéchuménat et Bayard, le guide Points de repère se présente comme l’outil idéal pour épauler les catéchistes dans leur tâche auprès des enfants. Articulé autour de quatre «chemins de foi» qui scandent l’année liturgique 2013-2014 (Temps ordinaire, Épiphanie, Pâques, Pierre et Paul), ce fascicule joliment illustré de plus de 100 pages offre de précieuses fiches pratiques, vouées autant à nourrir la réflexion des adultes en responsabilité qu’à servir de support à l’animation des séances de «caté». Des prières illustrées, des témoignages et des ateliers permettent de mettre en oeuvre les différents modules de ce guide, qui comporte aussi des espaces d’expression personnelle. Un récit biblique en images, sous la forme d’un DVD, s’ajoute également à la dernière livraison de Points de repère, pour accompagner la séance consacrée à saint Pierre et saint Paul. À visiter, enfin, le site www.pointsderepere.com se propose d’étoffer tout au long de l’année cette démarche d’accompagnement.

Guide annuel Points de repère,

Bayard-SNCC, 104 p., 29 €.

FRANÇOIS-XAVIER MAIGRE

BAYARD

voir l'article >>> points-de-repere-pour-les-catechistes.pdf points-de-repere-pour-les-catechistes.pdf

 


 

 Sommes-nous encore une Église capable de réchauffer le cœur ? (Le Figaro)

voir l'article ACTUALITE DE L'EGLISE