INFOS A L'UNITE PASTORALE

 logo-1.gif  

 

 

1 - LA UNE DE LA FEUILLE HEBDOChristroi2

   cliquez >>>   Dimanche 23 juillet recto 1

 

 -o-o-o- 

  2 - LECTIO DIVINA 

 (lecture de la parole de Dieu pour chaque jour de la semaine) cliquez ci dessous 

EN SAVOIR PLUS  >>>    http://lectiodivina.catholique.fr/

 

-o-o-o- 

 

3 - L'EVANGILE AU QUOTIDIEN jesus-saves.jpg

l'Evangile du jour cliquez >>>    http://levangileauquotidien.org/main.php?language=FR

-o-o-o-  

       écoutez et venez prier avec nous !     

 

Kt2016 a6 1

Kt2016 a6 2

 

Kt2016 a6 3

 

-o-o-o-

 

NOUVEAU A CHATEAURENARD !

                              

      La Prière des MèresImg 4

 

   

    Que toutes les mères

    qui désirent prier ensemble

    pour leurs enfants,

    leurs petits-enfants​

    et tous les enfants du monde,

    viennent nous rejoindre.

 

   Renseignements au :

    09 81 41 64 89

 

 

-o-o-o-

 

 

Homélie de la messe de Requiem à la mémoire des victimes des attentats perpétrés le 13 novembre à Paris, en l’église de Châteaurenard le 27 novembre 2015 par le Père Maurice Rolland, curé.

Frères et soeurs, chers amis merci d’être ici en cet instant au soir où la République a voulu rendre un hommage solennel aux 130 victimes de ces attentats qui ont endeuillé notre pays il y a 15 jours.

Passé le temps de la sidération devant des actes aussi barbares nous avons vu et lu beaucoup de choses sur ces terribles évènements : des actes héroïques parmi les victimes qui se sont laissées tuer pour protéger la vie de leurs proches présents à leur côté lors de ces assauts monstrueux ; la rapidité et la complexité des secours, la progression périlleuse des forces de l’ordre pour arrêter ces massacres et les rassemblements spontanés devant les lieux où la mort a frappé. Puis l’embrasement de la planète pour « consoler la petite soeur France » si éprouvée, selon l’expression d’un des journalistes. Le monde entier a retenti de notre Hymne national chanté dans les stades, les réunions officielles et les rassemblements spontanés ; notre Drapeau tricolore arboré partout, en berne ou flottant sur les foules et nos trois couleurs affichées partout où l’idée a jailli de s’unir à cette démonstration de compassion. Notre devise « Liberté, Egalité, Fraternité » adoptée par tous, reflet des désirs de paix qui habitent tous les coeurs. Quelques polémiques indignes ont entaché ces instants dans la classe politique, puis la retenue a pris le dessus montant la capacité de résistance face à un mal qui frappe indistinctement le sport, la joie de vivre, la bonne entente des populations cosmopolites et le désir fort d’éviter tout amalgame stigmatisant nos compatriotes de confession musulmane qui se révoltent de voir leur religion dévoyée par des esprits enténébrés par des doctrines insupportables. Et contre lesquelles nous nous unissons de toutes nos forces pour les rejeter et dénoncer ces blasphèmes inqualifiables.

Le livre de la Sagesse nous rappelle que la vie des justes est dans la main de Dieu et qu’aucun tourment n’a de prise sur eux. Il nous est consolant de penser que Dieu lui-même accueille toutes ces victimes fauchées par une vague de folie sanguinaire pour créer le chaos et la peur ; la peur existe de se trouver soudain au milieu d’un tel déferlement, mais rien ne peut tuer l’amour qui rejaillit toujours par cette force intérieure que nous tenons, comme chrétiens, de Dieu tout Amour. C’est la conclusion de la méditation de l’auteur de ce livre de la Sagesse à la fin du passage retenu pour ce soir : Ceux qui mettent leur confiance dans le Seigneur comprendront la vérité ; ceux qui sont fidèles resteront avec lui dans son amour, car il accorde à ses élus grâce et miséricorde.

C’est ce que dit Jésus dans cette page de l’évangile de saint Jean où il annonce que ceux qui accueillent la parole de Dieu et ceux qui font le bien, passeront de la mort à la vie éternelle. Son message est fort et toujours actuel : Amen, je vous le dis, l’heure vient – est c’est maintenant – où les morts vont entendre la voix du Fils de Dieu, et ceux qui l’auront entendue vivront. Et la suite est encore plus belle par la promesse qu’elle contient : Ne soyez pas surpris ; l’heure vient où tous ceux qui sont dans les tombeaux vont entendre sa voix, et ils sortiront : ceux qui ont fait le bien, ressuscitant pour entrer dans la vie, ceux qui ont fait le mal, ressuscitant pour être jugés.

J’établis volontairement cette distinction dans la parole de notre Seigneur Jésus Christ, car on peut légitimement penser qu’il n’y avait pas que des chrétiens parmi les morts tombés sous les rafales infernales de ces terroristes cherchant à imposer par une force aveugle une idéologie porteuse de radicalisme engendrant la mort et la souffrance.

Mais si on peut penser qu’il n’y avait pas que des croyants, on peut assurer qu’il n’y avait que des personnes généreuses qui ont fait du bien dans leur courte vie arrachée si brutalement ; le Seigneur les accueille pour ce bien qu’ils ont fait et dont font mémoire leurs proches au moment de les enterrer.

C’est dans ce sens que j’ai choisi le chant « ô prends mon âme » comme psaume et en particulier pour ce couplet : « du mal perfide, garde-moi…quand la nuit voile tout à mes yeux, sois mon étoile, brille des cieux ». Des bouquets de lumières sont venues dissiper les ténèbres devant les lieux de ces actes odieux, au milieu des fleurs portées en hommage silencieux tant les mots sont difficiles à trouver pour dire l’indicible et partager la ferveur générale ; de la terre nous voyons la lumière des cieux et les cieux reflètent leur éclat sur les nôtres. Avec ces appels écrits pour inviter au recueillement : « Pray for Paris ». C’est pour cette prière que nous sommes rassemblés dans la messe pour les défunts en ayant devant nous au pied de l’autel ces 130 lumignons rangés comme l’étendard lumineux de notre pays épris de liberté, d’égalité et de fraternité. Et sur l’autel un cierge de dévotion pour les blessés encore hospitalisés ou se remettant lentement du traumatisme ; je le porterai à la fin de la messe à l’autel de la Vierge pour qu’elle veille sur eux et leurs familles. Restons unis dans cette prière silencieuse.

-o-o-o-

 

L'équipe d'animation nous communique le calendrier pour l'éveil à la foi des
enfants en CP et CE1 à la rentrée:

Unité pastorale de Châteaurenard, Noves et Eyragues

paroisseschanovey@gmail.com

www.paroisseschanovey.com

Châteaurenard : 04 90 94 13 45

Noves :   04 90 94 06 30

Eyragues : 04 90 94 33 43 (répondeur car personne sur place)

 

Aux parents des enfants nés en 2OO8 et 2OO9 qui ont été baptisés dans les paroisses

                                                                                                     Le 22 septembre 2015

                                                      Madame, Monsieur, chers parents

Vos enfants ont été baptisés ces dernières années : étape importante pour vous et à laquelle vous teniez absolument et qui était pour votre enfant un message d’amour.

Vos enfants ont grandi et commencent à vous poser des questions sur la vie, leur nom, sur Jésus, etc…. Devant les questions anodines des enfants, qui attendent toujours une réponse, vous vous sentez parfois démunis.

Les membres des équipes de préparation des baptêmes et d’animation pastorale en ont conscience et souhaitent vous aider en proposant quelques rencontres dans l’année pour en parler ensemble. Si vous vous sentez concernés, nous vous invitons à rejoindre le groupe qui a commencé l’an dernier le samedi 1O octobre de 15h à 16h3O au foyer paroissial de Châteaurenard, à côté de l’église.

Si vous ne pouvez pas ce jour, vous pouvez toujours nous rejoindre à une autre rencontre ; vous serez toujours les bienvenus.

En attendant la joie de vous rencontrer avec vos enfants, nous vous disons notre amitié ; à bientôt donc.

                                                 Père Maurice ROLLAND, curé et les équipes des conseils paroissiaux.

 -o-o-o- 

Homélie de Noël 2014 prononcée à Châteaurenard à la messe de la veille au soir, à Noves à la messe de la nuit et à Eyragues à la messe du jour par le Père Maurice ROLLAND, curé de l’ensemble

Vous connaissez tous le Gulf Stream, important régulateur du climat nord-américain et européen dont la météo nous parle de temps à autre. Voici que récemment (environ 2000 ans) est apparu un phénomène tout aussi régulateur dont on ne mesure pas encore l’ampleur, voire même l’amplitude ; des savants l’ont découvert et déjà on ne sait comment les appeler : les uns veulent les nommer « méthéorologues » puisqu’ils parlent avec sérieux du temps de Dieu et pour cette même raison d’autres préfèrent qu’on les distingue avec le titre de méthéologiens, car ils parlent du temps que Dieu offre à ce monde en quête d’équilibre de l’environnement. Vous devinez que ce n’est pas si simple !

En tout cas ne sachant à quoi, et encore moins à qui, attribuer cette soudaine apparition, ils l’ont baptisée le « Théo Stream » ; l’épicentre a été géo localisé à Bethléem en Judée où il a fait jour en pleine nuit. Ceci avait d’ailleurs été remarqué du temps du prophète Isaïe qui note dans ses relevés : Le peuple qui marchait dans les ténèbres a vu se lever une grande lumière ; et sur les habitants du pays de l’ombre, une lumière a resplendi. Or saint Luc dans son évangile note à son tour : L’ange du Seigneur se présenta devant les bergers qui passaient la nuit dans les champs, et la gloire du Seigneur les enveloppa de sa lumière.

Il semble que ce Théo Stream, en français « courant divin » apporte un réchauffement dans les relations entre les personnes, les familles et les peuples ; ce qui en soi est déjà une bonne nouvelle, en français traduit directement du grec ça se dit : évangile. Il a également été observé par ceux qui méditent sur la tournure des évènements, que cet air ambiant fait fondre les résistances glacières des détracteurs d’une religion qu’ils jugent gênante par ses positions en faveur des pauvres et des petits et qui, toujours selon eux, marque de façon ostentatoire l’espace public (c’est du moins ce qu’ils pensent en envahissant les esprits de discussions oiseuses sur les crèches et autres étoiles).

Ce dérèglement climatique a un effet de ricochet, si l’on peut dire, car on nage dans l’eau de la grâce qui envahit les espaces encore découverts. On se souvient que le prophète Ezéchiel avait annoncé cette brusque montée de l’eau de la grâce par laquelle il entrevoyait un bienfait général, pour les hommes et pour la végétation (Ez 47) ; dans sa lettre à Tite, saint Paul le dit avec conviction : la grâce de Dieu s’est manifestée pour le salut de tous les hommes ; c’est la manifestation de la gloire de notre grand Dieu et Sauveur Jésus Christ qui s’est donné pour nous afin de nous racheter de toutes nos fautes, et de nous purifier pour faire de nous son peuple, un peuple ardent à faire le bien. Inutile de dire bien sûr que certains restent dubitatifs, nageant à contre-courant cherchant à endiguer ce flot, n’hésitant pas à appeler le retour dans les ténèbres. Saint Jean dans le Prologue de son évangile le pressent fortement : la lumière brille dans les ténèbres, et les ténèbres ne l’ont pas arrêtée. Le Verbe était la vraie Lumière, qui éclaire tout homme venant dans le monde : il est venu chez les siens, et les siens ne l’ont pas reçu. Les chrétiens d’Orient pour lesquels nous avons prié pendant l’Avent en font la cruelle expérience, acceptant de tout perdre pour Celui dont ils tiennent tout : en portant le signe par lequel ils sont désignés nous avons contribué à leur garder leur dignité, renforcer leur courage et partager leur prière.

Autre conséquence ! Comme c’est arrivé en pleine nuit, les places boursières vont devoir évaluer la valeur de l’action, croyant faire remonter les cours qui fluctuent au gré des décisions plus ou moins catastrophiques qui débordent chaque jour des écrans ! Ce qu’ils ne savent pas c’est que les actions que Dieu distribue sans retenue sont gratuites, qu’il y en a pour tout le monde et que les actionnaires ne toucheront aucun dividende. La seule obligation (terme approprié) est de faire fructifier les dons, de les partager ; c’est ce que laisse penser la parabole des talents invitant à augmenter et multiplier sans thésauriser, ce qui inquiète les nantis qui ne savent plus comment tout conserver ou préserver.

A l’époque cet avènement n’a pas fait le buzz, car le concept n’était pas connu, mais on peut noter que les conséquences sont nombreuses : des bergers dormant dans la nuit et le froid se relèvent sur l’intervention d’un peloton d’anges vivant dans la lumière et la gloire et les suivent dans une alliance du ciel et de la terre ; des mages n’ont pas hésité à suivre une étoile dans le ciel, en prenant à peu près l’itinéraire du retour d’exil du peuple de Dieu et ne craignant pas d’attirer les convoitises en portant de l’or, de l’encens et de la myrrhe ; des croyants ont osé défier l’empire romain qui voulait déifier l’Auguste César et sont maintenant honorés comme martyrs ; et nous-mêmes nous nous réunissons sur le seul témoignage de nos ancêtres qui nous ont transmis leur foi.

Enfin se pose la question de la source de cette énergie renouvelable de façon éternelle et ne générant aucun déchet recyclable faisant seulement, si l’on peut dire, disparaître le mal et les péchés ; Isaïe a de belles images pour le dire : Tu as prodigué la joie, tu as fait grandir l’allégresse ; la paix sera sans fin : il fera cela, l’amour jaloux du Seigneur de l’univers. Le Seigneur a montré la sainteté de son bras aux yeux de toutes les nations. La lettre aux Hébreux en témoigne à son tour : Rayonnement de la gloire de Dieu, expression parfaite de son être, le Fils, qui porte l’univers par sa parole puissante, après avoir accompli la purification des péchés, s’est assis à la droite de la Majesté divine dans les hauteurs des cieux. Le prologue de l’évangile de saint Jean affirme enfin que tous, nous avons eu part à sa plénitude, nous avons reçu grâce après grâce.

Avec tout cela je vous souhaite un joyeux et saint Noël en vous invitant à consulter régulièrement la Parole de Dieu où méthéorologues et méthéologiens vous révèlent la puissance cachée de cette source infinie de paix, de joie et de bonheur. C’est si beau que je vous embrasse tous devant cette crèche où Jésus nous dit déjà : aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés.

Maurice Rolland curé de l'unité pastorale

-o-o-o-

 

Homélie de la messe d’unité pastorale du 30 novembre 2014 à Eyragues,

pour l’entrée dans l’Avent avec accueil des familles ayant demandé le baptême pour leurs enfants nés

en 2007 et 2008.  Cliquez >>> Homelie 30 11 14

 

 -o-o-o-

  

Communiqué de notre curé Maurice ROLLAND: 

Frères et sœurs,

En remerciement de votre prière pour mon 35ème anniversaire d'ordination, voici la relation de ce qui s'est passé à la fin de la messe dimanche dernier à Noves. Dieu nous bénisse en cette solennité des deux colonnes de son Église, Pierre et Paul. Encore merci. Votre curé toujours aussi heureux d'être votre pasteur.

Père Maurice. 

Appel à l’Esprit Saint sur le Père Maurice ROLLAND pour ses 35 ans de sacerdoce à la fin de la messe de l’unité pastorale à Noves le dimanche 22 juin 2014, en la solennité du Corps et du Sang du Christ.

Ce dimanche-là pendant que je disais les heures du bréviaire de cette solennité où le Christ s’est donné comme nourriture et boisson pour la vie éternelle, m’est venue l’inspiration de demander la force de l’Esprit, à l’occasion de mon 35ème anniversaire d’ordination (la date précise étant le 24 juin 1979, elle-même solennité de la nativité de saint Jean-Baptiste), par l’ensemble des fidèles qui seraient présents à la messe de l’unité pastorale. Au début de la messe j’ai évoqué cet anniversaire et demandé de prier pour que je sois un prêtre ajusté au coeur de Dieu et un pasteur dont le peuple confié par l’évêque a besoin. La messe était très recueillie et je sentais une grande communion entre tous. Au moment des annonces il a été rappelé la prise en charge matérielle des prêtres par la collecte du denier et ceci m’a offert de dire : « bien sûr les prêtres ont besoin de ce support mais plus encore de votre prière, c’est pourquoi nous allons faire quelque chose que nous n’avons jamais fait. Je vais m’agenouiller devant l’autel et j’appelle les membres de l’EAP qui partagent avec moi la charge pastorale pour qu’ils mettent leurs mains sur mes épaules et j’invite tous les participants à poser une main sur le voisin de devant pour former une chaîne de prière. Et pendant ce moment nous chanterons ‘Viens Esprit de Dieu’ (K235). »

Je me suis donc placé à genoux devant l’autel et j’ai entonné cette invocation à l’Esprit ; au 3ème couplet j’ai commencé à fermer le carnet de chant, puis je l’ai repris pour le poser définitivement ; j’ai ôté mes lunettes et plongeant la tête dans mes mains j’ai commencé à pleurer d’émotion et de joie indicible. Je me suis relevé et tourné vers l’assemblée j’ai balbutié la bénédiction, remarquant les visages magnifiques et brillants de larmes comme moi ! Et soudain ce fut un tonnerre d’applaudissements qui m’a touché au plus profond…j’avais du mal à parler car je sentais les larmes monter !! Quel immense bonheur que cette communion des fidèles avec leur pasteur ; là quelque chose d’indéfinissable a changé entre nous tous. Je n’ai rien vu de cette chaîne mais il m’a été dit que c’était magnifique. Merci Seigneur !

Ensuite me tenant à la sortie nous nous embrassions avec une profonde affection réciproque qui m’a fait un bien inimaginable. Puis j’ai dit : « en décidant ce matin de demander cela à la fin de la messe, je ne pensais pas que je serai aussi ému, mais je suis content de vous l’avoir demandé. » J’en suis encore imprégné à la fin de cette semaine qui nous a fait vivre quatre solennités : Corps et Sang du Christ, nativité de Jean-Baptiste, Sacré-Coeur de Jésus et saint Pierre et saint Paul ! Une conjonction de grâces divines comme jamais qui me fait encore plus entendre : "ce n’est pas vous qui m’avez choisi, c’est moi qui vous ai choisis afin que vous alliez, que vous portiez du fruit et que votre fruit demeure" .

Relaté au matin de la solennité des apôtres Pierre et Paul pour en garder mémoire.

  


 

Mon frère, ma soeur, tu as toujours ton téléphone portable sur toi, et ta Bible ?

Pourquoi cette question ? Regarde le petit montage ci-dessous et tu comprendras ... 

Pour voir clique ci dessous et ensuite clique diaporama et depuis le début

 

 la-bible.pps la-bible.pps 

 


 

UN  TEMOIGNAGE RENVERSANT (video de La Bonne Nouvelle)  cliquez >>>http://www.biblica.tv/said-oujibou-de-mahomet-jesus

                                                                                                             


 

 REPAS PARTAGE MENSUEL 

Tous les paroissiens de l'unité pastorale sont invités au repas partage mensuel. Il est organisé chaque premier dimanche du mois au foyer de Châteaurenard. Chacun apporte un ou plusieurs plats selon ses disponibilités et nous partageons tous en commun et dans la bonne humeur notre repas.

 C'est l'occasion de pouvoir échanger et créer des liens entre nous, mais aussi de mettre en commun des idées et des moyens pour faire avancer et croître notre unité pastorale.

   


 

 LES VEILLEURS : 

1 - A VOUS LES VEILLEURS EVEILLANT L'EMERVEILLEMENT !

Par le Père Daniel-Ange

Cliquez >>>  veilleurs-0001.jpg veilleurs-0001.jpg   veilleurs-0002.jpg veilleurs-0002.jpg  veilleurs-0003.jpg veilleurs-0003.jpg  veilleurs-0004.jpg veilleurs-0004.jpg

 

2 - LE PAPE AUX JEUNES...

Cliquez >>> veilleurs-0005.jpg veilleurs-0005.jpg  veilleurs-0006.jpg veilleurs-0006.jpg

 

extraits de la revue La Bonne Nouvelle n°83 novembre 2013

 


 

Les neuf priorités du pape François pour l'Église selon l'hebdomaire La Vie

Depuis sept mois, le pape n’a cessé de dessiner les contours d’une révolution dans la façon d’exercer le pouvoir, qui touche en particulier les prêtres et les évêques. Mais la réforme en vue ne vise pas que la curie. Elle va se déployer tous azimuts, de la base au sommet.

1. En finir avec le cléricalisme

Cardinal-archevêque de Buenos Aires, Jorge Mario Bergoglio ne cachait déjà pas sa détestation du cléricalisme, fustigeant les abus de pouvoir des prêtres, soit par ingérence dans la liberté des personnes, soit par excès d’autoritarisme. Depuis sept mois, à plusieurs reprises, le pape a vitupéré les prêtres et leur tendance à gérer l’accès aux sacrements avec une « mentalité de douaniers » et les appelle à « prendre l’odeur de leurs brebis ». Dans son interview-fleuve aux revues culturelles jésuites et rendue publique le 19 septembre dernier, le pape est clair : « Les réformes structurelles ou organisationnelles sont secondaires. La première réforme doit être celle de la manière d’être. Les ministres de l’Évangile doivent être des personnes capables de réchauffer le coeur des personnes, de dialoguer et cheminer avec elles, de descendre dans leur nuit, dans leur obscurité, sans se perdre. »

2. Sortir sur la frontière

La sacristie, c’est fini. Le pape veut une révolution culturelle qui touche tout le monde, celle d’une Église missionnaire, tournée vers les périphéries existentielles, et non plus « autoréférentielle ». La priorité est donc le « dialogue avec la frontière ». Le pape fustige la complaisance des curés à brosser la brebis toute propre au lieu d’aller chercher la brebis galeuse… Pour François, l’urgence est « d’être une Église qui trouve de nouvelles routes,qui est capable de sortir d’elle-même et d’aller vers celui qui ne la fréquente pas, qui s’en est allé ou qui est indifférent. Cette Église est la maison de tous, pas une petite chapelle qui peut contenir seulement un petit groupe de personnes choisies ». L’anticléricalisme du pape n’est donc pas la négation du sacerdoce ministériel, mais sa conversion : « La chose dont a le plus besoin l’Église aujourd’hui c’est la capacité de soigner les blessures et de réchauffer le coeur des fidèles, la proximité, la convivialité. Je vois l’Église comme un hôpital de campagne après une bataille. » François appelle à aller vers ceux qui se sentent rejetés et refuse la focalisation sur les questions liées aux moeurs ou à la sexualité.

3. Renoncer à la rigidité passéiste

« Celui qui aujourd’hui ne cherche que des solutions disciplinaires, qui tend de manière exagérée à la “sûreté” doctrinale, qui cherche obstinément à récupérer le passé perdu, celui-là a une vision statique et non évolutive. » Le pape ajoute : « Il y a des normes et des préceptes secondaires de l’Église qui ont été efficaces en leur temps, mais qui aujourd’hui ont perdu leur valeur ou leur signification. Il est erroné de voir la doctrine de l’Église comme un monolithe qu’il faudrait défendre sans nuance. » Dans sa lettre à Eugenio Scalfari, le pape a aussi défendu l’idée que chacun avait sa propre conception de la vérité et qu’il devait suivre sa conscience. En plus de cette posture qui peut passer pour relativiste, François semble aller dans le sens inverse de Benoît XVI : il qualifie la messe ancienne de « vieux rite » (et non plus de forme extraordinaire), réhabilite la théologie de la libération,choisit ses collaborateurs dans l’aile progressiste ou sociale et n’hésite pas à écarter ceux qui sont plus «conservateurs ». Du coup, aux yeux de certains catholiques, le pape cliverait ses troupes. « Du point de vue français, on pourrait le voir comme cela. La problématique hexagonale – des jeunes prêtres et laïcs plustraditionnels que leurs aînés – lui échappe, comme à tous les Sud-Américains que je connais… » explique un prélat français au Vatican. Mais en même temps, François a plusieurs fois appelé les catholiques à vivre à contrecourant et a fustigé « l’esprit du monde ». Ce qui devrait rassurer ceux qui craignent un ralliement du pape au relativisme ambiant.

4. Révolutionner la gouvernance

Lors du conclave, la réforme de la curie romaine est apparue comme la priorité des priorités, et les cardinaux ont élu Bergoglio sur sa capacité à faire le boulot. Très vite après son élection, François a constitué un groupe de travail de huit cardinaux venus du monde entier – dont un seul Italien – pour revoir la constitution Pastor bonus, qui régit la curie. Mais à la veille de leur première réunion, du 1er au 3 octobre, le pape a décidé d’étendre les compétences de ce G8 et d’en faire son conseil de cardinaux, de façon pérenne. Ces conseillers seront compétents au-delà des questions de réforme de la curie, mais ne décideront pas eux-mêmes, le pape restant seul décisionnaire. En fait, Pastor bonus ne devrait pas être toilettée, mais bien totalement refondue, selon le porteparole du Vatican, le père Lombardi. À Rome, l’heure est aux rumeurs, dans l’attente de décisions concrètes. La secrétairerie d’État, qui avait tout verrouillé sous Benoît XVI, se verrait recentrée sur sa mission diplomatique. On parle aussi de la création d’un modérateur de la curie, dont le rôle serait d’assumer une coordination générale. « L’important est moins de refondre la structure que de se débarrasser de certains incompétents », explique tranquillement un proche du pape. François a commencé à couper des têtes, comme celle du patron de la Congrégation pour le clergé, le très conservateur cardinal Piacenza, très officiellement placardisé. La réforme de la curie n’est pas que structurelle, car le pape veut véritablement insuffler un nouvel esprit, comme en témoigne ce passage remarqué de son interview aux revues jésuites : « C’est impressionnant de voir les dénonciations pour manque d’orthodoxie qui arrivent à Rome ! Je crois que ces cas doivent être étudiés par lesconférences épiscopales locales, auxquelles Rome peut fournir une aide pertinente. De fait, ces cas se traitent mieux sur place. Les dicastères romains sont des médiateurs et non des intermédiaires ou des gestionnaires. »

5. Réinstaurer la collégialité

Le partage du pouvoir est l’autre grande attente de la base. « Je crois que la consultation est essentielle. Les consistoires, les synodes sont, par exemple, des lieux importants pour rendre vraie et active cette consultation. Il est cependant nécessaire de les rendre moins rigides dans la forme. Je veux des consultations réelles, pas formelles. » La priorité du pape est de revitaliser le synode des évêques, une structure qui fonctionnait jusque-là de manière intermittente et de façon un brin soviétique, pour lui donner un leadership nouveau. Pour autant, le pape est connu pour sa façon autoritaire de gouverner.« En bon jésuite, il consulte beaucoup, mais décide seul. Il peut être très dur. C’est ce qu’il faut pour réformer la curie », explique un observateur. 

 6. Reconnaître les laïcs

La dynamique actuelle devrait impliquer davantage les non-clercs. En juillet, le pape a créé une commission chargée d’un audit administratif et financier, composée majoritairement de laïcs. Le G8 des cardinaux planche sur la question d’une meilleure reconnaissance des laïcs. Le conseil pontifical pour les laïcs serait promu en « congrégation » romaine, comme il y en a pour les prêtres et les évêques. 

 7. Parler en direct au peuple

« La prophétie fait du bruit, on pourrait dire qu’elle sème la pagaille. » Cet aveu du pape permet d’éclairer son art contre-clérical de court-circuiter les médiations ecclésiales. Coups de fil aux hommes qui font l’opinion ou aux gens de peu qui lui ont écrit pour dire leur misère, interviews chocs, petites phrases qui fuitent… Le pape a gagné ainsi une extraordinaire popularité dans les médias profanes pour sa liberté de ton. Des observateurs expliquent que François veut s’assurer une bienveillance maximale auprès du peuple italien et des médias laïcards avant de pouvoir passer à une nouvelle phase du pontificat : la neutralisation des mafias internes au Vatican qui sont prêtesà faire sauter le système par la révélation de scandales jusqu’ici bridés par le chantage. La ferveur populaire envers le pape serait donc garante d’une vraie réforme, car les médias raffoleraient d’un scénario où François serait menacé par la pègre en soutane.

8. Repenser la fonction pontificale

C’est la pointe de l’anticléricalisme papal : depuis le soir même de son élection, François insiste sur sa qualité d’évêque de Rome. Il a réduit au minimum ses atours pontificaux : chaussures noires, valise de curé, croix pectorale, voiture banalisée. Ses gestes crédibilisent son discours sur la pauvreté de l’Église et tendent à réformer l’ensemble du système « prêtre-évêque-pape » vers le dépouillement. Sa volonté de réformer le synode romain « pourra aussi avoir une valeur oecuménique ».

9. Dénouer les noeuds

Dans le droit fil de son ambition d’une Église miséricordieuse, la pastorale des gens « hors des clous » est primordiale, comme celle des homosexuels ou des couples non mariés et des divorcés remariés. Ce dernier dossier,que le pape veut traiter dans le cadre du chantier plus vaste de la pastorale familiale, a été mis au menu du G8 des cardinaux. 

 10. (proposition ajoutée)

« Il est nécessaire d’agrandir les espaces pour une présence féminine plus incisive dans l’Eglise. Je crains la solution du « machisme en jupe » car la femme a une structure différente de l’homme (…) il faut travailler davantage pour élaborer une théologie approfondie du féminin. C’est seulement lorsqu‘on aura accompli ce passage qu’il sera possible de mieux réfléchir sur le fonctionnement interne de l’Eglise. Le génie féminin est nécessaire là où se prennent les décisions importantes. Aujourd’hui le défi est celui-ci : réfléchir sur la place précise des femmes, aussi là où s’exerce l’autorité dans les différents domaines de l’Eglise ». Signe de l’urgence, le pape convoque un synode extraordinaire des évêques à Rome, du 5 au 19 octobre 2014, axé sur la question de la famille, afin de dénouer les situations bloquées.

Jean Mercier pour LaVie.fr sous le titre "Les neuf priorités du pape François pour la réforme de l'Église"

  

 


 

Des articles en relation avec la fête des Défunts ...

 

Comment les cimetières s'adaptent à la laïcisation de la mort (La Croix 29 10 2013)

comment-les-cimetieres-s-adaptent-a-la-laicisation-de-la-mort.pdf comment-les-cimetieres-s-adaptent-a-la-laicisation-de-la-mort.pdf

cimetieres-suite.pdf cimetieres-suite.pdf

--------

Des livres d'histoire des communes  (La Croix du 29 10 2013)

des-livres-d-histoire-des-communes.pdf des-livres-d-histoire-des-communes.pdf

-------- 

Quels lieux, quels rites pour les funérailles de demain? (La Croix du 29 10 2013)

quels-lieux-quels-rites-pour-les-funerailles-de-demain.pdf quels-lieux-quels-rites-pour-les-funerailles-de-demain.pdf

 --------

Nous ne sommes pas là pour détourner les gens de l'Eglise (La Croix du 29 10 2013)

Jean RUELLAN Directeur marketing et communication des Pompes Funèbres générales

nous-ne-sommes-pas-la-pour-detourner-les-gens-de-l-eglise.pdf nous-ne-sommes-pas-la-pour-detourner-les-gens-de-l-eglise.pdf

--------

Solidaires en fin de vie (La Croix du 30 10 2013)

solidaires-en-fin-de-vie.pdf solidaires-en-fin-de-vie.pdf

  

 


  

Alors que des catéchistes du monde entier, dont un millier de Français, sont réunis jusqu’à dimanche à Rome, « La Croix » dresse le panorama des mille et une façons de faire grandir la foi, de l’enfance à l’âge adulte ...

 (La Croix du 28 09 2013)

Cliquez pour voir la page 1 >>>  initiation-spirituelle-1.pdf initiation-spirituelle-1.pdf

suite page 2>>>    initiation-spirituelle-2.pdf initiation-spirituelle-2.pdf

 

Points de repère : un guide pour les catéchistes (La Croix 28 09 2013)

Coédité par le Service national de la catéchèse et du catéchuménat et Bayard, le guide Points de repère se présente comme l’outil idéal pour épauler les catéchistes dans leur tâche auprès des enfants. Articulé autour de quatre «chemins de foi» qui scandent l’année liturgique 2013-2014 (Temps ordinaire, Épiphanie, Pâques, Pierre et Paul), ce fascicule joliment illustré de plus de 100 pages offre de précieuses fiches pratiques, vouées autant à nourrir la réflexion des adultes en responsabilité qu’à servir de support à l’animation des séances de «caté». Des prières illustrées, des témoignages et des ateliers permettent de mettre en oeuvre les différents modules de ce guide, qui comporte aussi des espaces d’expression personnelle. Un récit biblique en images, sous la forme d’un DVD, s’ajoute également à la dernière livraison de Points de repère, pour accompagner la séance consacrée à saint Pierre et saint Paul. À visiter, enfin, le site www.pointsderepere.com se propose d’étoffer tout au long de l’année cette démarche d’accompagnement.

Guide annuel Points de repère,

Bayard-SNCC, 104 p., 29 €.

FRANÇOIS-XAVIER MAIGRE

BAYARD

voir l'article >>> points-de-repere-pour-les-catechistes.pdf points-de-repere-pour-les-catechistes.pdf

 


 

 Sommes-nous encore une Église capable de réchauffer le cœur ? (Le Figaro)

voir l'article ACTUALITE DE L'EGLISE