EYRAGUES - EGLISE SAINT MAXIME

 

Vendredi 26 juillet à 21h:

visite commentée de l’église Saint-Maxime 

 à l’initiative des associations locales :

« Saint-Maxime/Saint-Bonet » et « Témoignage-Patrimoine »

 

 

EGLISE SAINT MAXIME

 Les moines bénédictins de l’abbaye de Montmajour furent les premiers à venir évangéliser la région marécageuse d’Eyragues au début du second millénaire.

   Le début des travaux de construction de la nef datent du XIIème siècle et ils se poursuivirent pendant de nombreux siècles, jusqu’à nos jours ; une église étant en perpétuelle évolution, surtout tant qu’elle n’est pas encore figée par un classement aux monuments historiques comme aujourd’hui.

   Ce fut dès le début une volonté d'adopter le style roman cistercien, c’est-à-dire très dépouillé et propice à la prière et à elle seule, en suivant le mouvement réformateur de Robert de Molesne et Bernard de Clairvaux à Cîteaux.

   Les adjonctions ultérieures évoluèrent vers un style plus ou moins gothique-provençal avec l’agrandissement du chœur,  puis du transept et de l’abside principale.

   La chapelle latérale, dite « chapelle du Christ » à cause d’un Christ en croix sculpté  sur fond de velours, serait un ancien passage vers l’habitation seigneuriale, transformé à la renaissance et rattaché à l’église. Divers éléments architecturaux y furent accolés comme un fronton avec frise et deux colonnes  de style antique qui sont de toute évidence un réemploi.  Le plafond vouté de la chapelle orné d’étoiles à seize raies aux armes du seigneur des Baux est d’origine inconnue,  mais très spectaculaire,  il comporte des représentations animales intéressantes.

   Le clocher massif orné de denticules de pierre et de balustres, date de l’époque des Papes d’Avignon  (XIVème siècle);les diverses fortifications entourant l’église furent édifiées au XVIème siècle pour défendre la ville des invasions.

   La nef latérale fut ajoutée au XIXème siècle et n’a guère d’intérêt.

   La restauration de l’église commencée en l’an 2000 a su redonner à ce magnifique monument toute la beauté épurée de son style original.

 

Chapelle   Saint Bonet

   Cet ancien ermitage datant du XIème siècle, était à la fois une chapelle et une habitation pour l’ermite qui l’aurait fondé au moyen-âge.  La chapelle connut diverses appellations : Chapelle de la pucelle, puis chapelle du pieux-zèle, chapelle N.D. de l’ermitage, et enfin chapelle Saint Bonet (et non St. Bonnet) car elle abrite depuis le XXème siècle des reliques du Saint qui est fêté tous les 15 janvier. Au-dessus du portail d’entrée un tympan sculpté d’époque mérovingienne  représente Adam et Eve au jardin d’Eden.

   Ce très joli monument est situé dans un jardin de platanes, ou se trouve aussi un autel consacré permettant de célébrer l’office à l’extérieur ; il a été entièrement restauré à la fin du XXème siècle. Les murs intérieurs sont peint de couleurs chaudes, l’abside colorée à l’ancienne et une lumière douce font de cette chapelle un lieu de prière chaleureux et apprécié.

 Informations fournies par Caroline BELVES, paroissienne d'Eyragues